Mardi 17 juin : 1es assises de l’économie circulaire à Paris

, par Sébastien Torro-Tokodi

La logique actuelle de notre économie de marché est principalement fondée sur un modèle linéaire de consommation de ressources naturelles « extraire-fabriquer-consommer en masse-jeter ». Malgré les efforts pour réduire les impacts environnementaux et développer le recyclage, les études réalisées au cours des dix dernières années sont unanimes : ce modèle n’est pas soutenable dans la durée, au regard des prévisions de croissance de la population mondiale, particulièrement des classes moyennes, de l’urbanisation et de la raréfaction des ressources qui en découle. L’estimation de l’état des gisements, notamment de nombreux métaux, laisse entrevoir une perspective d’épuisement à la fin de notre siècle ou, pour le moins, de tensions fortes dans les vingt ans à venir.

PDF - 2.6 MoFace à ces enjeux, la Conférence environnementale a fait de l’économie circulaire un élément central de la politique
française pour un développement soucieux de l’utilisation efficace des ressources, dans la droite ligne des orientations stratégiques de la Commission européenne.
Sur le terrain, des acteurs publics et privés se mobilisent : des entreprises anticipent cette mutation en travaillant sur les approvisionnements, la conception des produits, l’offre de service, certains allant jusqu’à changer de modèle d’affaires ; les régions et les collectivités s’engagent pour faire de l’économie circulaire un levier de développement des territoires.

Mais l’ampleur des enjeux pour la décennie à venir exige de sortir de l’expérimentation pour engager une accélé- ration et une généralisation des actions.

Six mois après la Conférence de mise en œuvre sur l’économie circulaire, ces 1ères Assises organisées par l’ADEME et l’Institut de l’économie circulaire, seront l’occasion de faire le point sur les enjeux, les travaux en cours et les perspectives. Elles permettront également de présenter des méthodes de mise en œuvre pour les entreprises et les territoires ainsi que de nombreux témoignages et retours d’expérience au travers de
trois parcours :

  • Passer de l’obsolescence à la durée d’usage : une rencontre fabricants-consommateurs,
  • Des territoires renforcés par la coopération et la collaboration de tous les acteurs,
  • Éco-conception, économie de la fonctionnalité : de nouveaux modèles pour les entreprises.