La Maison de l’environnement « écomobilise » les écoles de Dunkerque

, par Sébastien Torro-Tokodi

En 2004, la Maison de l’Environnement (MdE) de Dunkerque se lance dans des démarches d’écomobilité scolaire suite à une sollicitation de l’association de parents d’élève du groupe scolaire Béguy-Jaurès dans le quartier de Rosendael à Dunkerque.

Confrontés au problème récurrent de l’insécurité aux abords de l’école, les parents se mobilisent pour trouver des solutions efficaces. Le service Éducation de la Ville est interpellé et missionne la MdE pour initier une dynamique favorisant le recours aux modes de déplacements alternatifs à la voiture pour la dépose des enfants.

La MdE s’associe à la Communauté urbaine de Dunkerque (CUD) pour la mise en place de dispositifs de comptages, et mène en parallèle des observations sur site pour constater les comportements des parents lors des entrées et sorties.

La même année, la Ville émet le souhait de développer cette dynamique sur quatre autres établissements scolaires répartis sur son territoire. La MdE se charge d’identifier, en suivant la même méthodologie, les difficultés rencontrées sur chacun des sites.

En vue de formaliser ces accompagnements, un comité de pilotage (Copil) est mis en place, regroupant le service Transports de la CUD, l’Agence d’urbanisme (AGUR), la Police Municipale, les services Éducation et Juridique de la Ville ainsi que la Direction des Services Techniques et les élus référents, et bien sûr l’Éducation Nationale. Systématiquement, une information a été fournie au cours des conseils d’école et des référents locaux.

Ces réflexions ont été élargies à trois autres villes de la CUD :
- à Gravelines, intervention sur un plan de circulation concernant la création d’un nouveau quartier ;
- à Leffrincoucke et Coudekerque-Branche : échanges et concertation avec la population ne sont pas jugées nécessaires par les élus. L’intervention s’est concrétisée par des propositions de pistes d’amélioration de type technique et comportemental, mais de manière ponctuelle.

JPEG - 718.8 koEntre 2005 et 2007, des tentatives de lignes de pédibus (concertation, géolocalisation, volontariat) ne remportent pas le succès escompté et trop peu de volontaires se manifestent.

Un projet d’intégrer dans les règlements intérieurs des écoles concernées des règles de bonne conduite liées à la circulation est également évoqué pour formaliser le civisme des parents. L’inspection académique ne permet malheureusement pas cet aménagement des règlements intérieurs qui ne peuvent concernés la vie de l’école qu’au sein des établissements.

JPEG - 666 koParallèlement, des parcs à vélos sont installés par la Ville dans différentes écoles, avec à terme le souhait d’en systématiser l’implantation. Des initatives de vélobus sont elle aussi évoquées, mais là aussi un manque de volonté des parents ne permet par leur développement, même si un fonctionnement moins formel est constaté sur des écoles de quartiers plus populaires.

À ce jour, cinq groupes scolaires bénéficient d’un dispositif interdisant la circulation automobile aux entrées et sorties d’école. Une communication sur les lieux de stationnement à proximité est cependant proposée pour apporter une solution aux familles pour qui les distances ne permettent pas de s’y rendre autrement qu’en voiture.

La MdE est actuellement en réflexion pour mettre en place un observatoire des pratiques sur l’ensemble des écoles dunkerquoises.

Pour plus d’informations au sujet des actions de la MdE en matière d’écomobilité scolaire, une synthèse complète est disponible au téléchargement.